Comic, Ilustracion, Animación, Pintura, Fragmentos de la enciclopedia defica, La mansión de los Pampín, Stratos, Tangencias, Trazo de tiza, Quotidianía delirante, Cronicas incongruentes, Pedro y el lobo, Manuel Montano, Los compañeros de la orde de la piedra, O casi, Acuarios, De Profundis, Men in black, Xabarin club y los vigilantes del camino, El padrino, Ardalén, Xabarin, bande desinée, fumetto, quadrinhos, banda deseñada

êtes-vous:BD / ... ou presque / « Le contact »
 

Recommandez

  • Nom de votre ami
  • E-mail ami
  • Votre nom

« Le contact »

(Traduction partir de la version espagnole du livre)

Jai rencontr Walter Almeida vers six heures de laprs-midi, au bureau de la Mineradoira Bettelstein, dans un gratte-ciel prs de la Praa da Estao. Lide tait celle davoir un dner daffaires pour changer des informations par rapport nos respectives socits et pour valuer les diffrentes possibilits dassociation. Il est un mec cultiv, poli, caractristiques avec lesquelles il compense son impritie technique. On a visit six ou sept bars, peut-tre plus ; on a assez bu, beaucoup parl et peu mang. Le plus lourd quon a mang ont t des dlicieux pos de queijo. On les a pris dans un local qui avait une dcoration minimal et un public qui avait lair cosmopolite et un aspect lgant. L, mon hte avait eu lintention, tentative infructueuse, de draguer avec deux filles de longues lignes. Vers trois heures et demie du matin, jai fait allusion la convenance de rentrer. Avec heureuse profondeur, mon collgue ma rpondu quon navait pas encore dn. Jai eu peur de le faire dans un after-hours insupportable, et manger quelque cochonnerie mi-synthtique, entour de noctambules hyper-stimuls.

Walter avait choisi comme restaurant une maison de style coloniale, au coin dune grande place. De lautre ct, il y avait une glise. Bravo ! Je mtais compltement tromp dans ma prvision : macaroni. Surprenant, ce Walter.

Lorsque je bois trop, je perds ma prcaution habituelle. Dans ce contexte, aprs tellement de pots et dheures de conversation, Walter Almeida mavais sembl mriter toute ma confiance. Tmraire et sans honte, je lui ai demand sur le commerce des pierres. Il a rpondu avec une lgance vasive. La Bettelstein, il a dit, ne fait des affaires quavec le fer. Cependant, il ma parl avec une discrtion aseptique des difficults pour entrer dans ce march lgal si contrl, et des prils de le faire dans le risqu commerce clandestin. Le reste de la nuit il avait parl de football. BH, il y a deux grandes quipes : le Atltico Mineiro et le Cruzeiro. Lui, il est cruzeirense.

En sortant du restaurant, il mest emmen chez-moi dans sa voiture et, pendant quon se disait au revoir, il a crit quelque chose sur un morceau de papier. Il me la donn pli et, avec sourire dacteur britannique, il ma prvenu quil nen savait rien. Javais fait ma meilleure face, en laissant voir que je connaissais laffaire et en contrlant la tentation de dplier le papier sur place pour essayer de comprendre quelque chose.

Je suis rest sur le trottoir, courtois, en attendant quil dmarrt. Quand le BMW a disparu au coin, jai ouvert la note. Avec une calligraphie un peu affect, il y avait crit un numro de tlphone et un nom : Octalcio.

powered by paginasweb.es